Un morceau d'histoire

Viticulture Belge

 

De Belgische wijnbouw heeft een lange geschiedenis van vallen en opstaan, maar met een mooie toekomst voor zich.

La viticulture belge a une longue histoire d’essais et d’erreurs. Selon certaines sources, l’origine se trouve chez les Romains. Ils plantaient, partout dans leurs riches vignes comme nourriture pour les armées en itinérantes. Il faut dire qu’il n’y a aucune preuve écrite que les Romains ont planté des terres de vin dans nos parties. Néanmoins, nous devrions supposer que la culture du vin a été introduite par eux.

Les premiers vignobles enregistrés ont été construits aux Xe et XIe siècles. Au début, les rendements étaient modérés, mais la superficie a augmenté régulièrement pour atteindre les vignobles. Le point culminant a été aux 15e et 16e siècles. A cette époque, les vins belges étaient même connus et loués bien au-delà des frontières. A Borgloon, les premières traces de viticulture dans leur région remontent au Xe siècle. La viticulture était si importante à l’époque que les vignerons ont obtenu leur propre guilde « De Loonse Wijnluyden ». Ils étaient l’une des 7 guildes dont la région était riche.

Cependant, les nombreuses guerres du Moyen Age n’ont pas bien fait la vinification. Il y avait la maladie et La famine et de nombreux vignobles ont été récoltés et remplacés par des champs de blé. Après tout, le besoin de pain était grand. Mais le climat est aussi entré dans la poche. Au XVIIe siècle, une sorte d’« ère glaciaire » aurait existé, une succession d’hivers extrêmement rigoureux. C’est à partir de cette époque que les nombreuses vues d’hiver datent, peintes par les nombreux peintres célèbres des Pays-Bas.
Selon la tradition, ces conditions froides ont presque certainement éliminé la viticulture. Quand une période douce est arrivée, l’Amérique a été découverte entre-temps et avec elle aussi la pomme de terre. Et il a rapidement conquis les estomacs des Flamands affamés. À cette époque, ils ont choisi la pomme de terre nutritive copieuse, avec une pinte de bière, sur le vin. Parce que le vin était beaucoup de travail et les rendements n’étaient pas certains. Jusqu’au 18ème siècle, quelques petits vignobles sont restés, mais ils ont également disparu quand Napoléon a interdit la vinification dans nos parties. Les premières mesures protectionnistes pour ainsi dire…

L’honnêteté et l’exhaustivité doivent dire qu’il n’y a aucune preuve stricte que Napoléon a fait les derniers vignobles. La seule chose que nous savons avec certitude, c’est qu’après la traversée de Napoléon, tous les vignobles ont disparu.

 

Peu après la fondation du Royaume de Belgique, le gouvernement belge a fait une tentative sérieuse pour restaurer l’industrie viticole. Un décret royal a même été publié pour la création d’un « Modèle Wynberg ». Avant cela, une colline a été choisie dans les Ardennes flamandes. Malheureusement, cela n’a pas réussi et le plan n’a jamais été mis en œuvre. Prenez en cela les grands ravageurs qui ont presque complètement détruit les vignobles en Europe à la fin du 19ème siècle. Il attendait la fin du XXe siècle avant de voir les raisins mûrir dans les vignobles belges. Dans les 60, certains amateurs de vin ont commencé à planter de petites parcelles
Vignobles à Hageland et Haspengouw. Les premiers résultats ont été décents et ont encouragé d’autres à planter également un vignoble. Ces efforts ont été récompensés en 1997 par la reconnaissance de la première désignation belge d’origine garantie pour le Hageland. Puis ensuite Walloniê, Haspengouw, Heuvelland en 2017 BOB Maasvallei, la seule appellation transfrontalière en Europe. C’est la première appellation au monde à unir deux pays : la Belgique et les Pays-Bas.

 

La viticulture belge est en progression constante. En 2018, près de 2 millions de litres de vin ont été produits par 140 viticulteurs. Le nombre de vignerons augmente et le numéro des plantations continue d’être élevées. En 2018, 383 ha de vignes ont été transformées.

La viticulture belge a un bel avenir pour elle-même.

 

Share This